Pourquoi?

février 7, 2011

Serions-nous devenus des techno-goujats ?

Filed under: blogs — marcos @ 9:06

Les smartphones sont-ils les cigarettes de notre époque, socialement parlant ? Serions-nous devenus incapables de rester concentrés sur la même chose pendant plus de deux minutes ? La technologie, c’est bien, mais elle ne doit pas nous faire oublier les bonnes manières… Certes, les téléphones portables et les problèmes afférents existent depuis un moment… Mais avec l’arrivée des smartphones pemettant d’utiliser où que l’on soit les e-mails, SMS et autres applications, on est sans doute plus accros que jamais. Aurait-on besoin d’une nouvelle “techno-étiquette”, un code de bonne conduite à l’ère du numérique ? Le problème Le phénomène “Je suis là mais virtuellement ailleurs” touche désormais tout le monde :

• Les ados qui ne prennent plus la peine d’enlever leurs oreillettes d’iPod pour écouter les autres, ou qui sont constamment scotchés sur leur console portable DS.

• Les cadres “Crackberry” qui vérifient leurs mails pendant les réunions (soit un tiers des employés nord-américains, d’après une étude de Yahoo) ; voire qui, rien qu’en posant leur smartphone sur la table de réunion, expriment très clairement qu’ils ont dix mille autres choses plus importantes à faire…

• Les mamans débordées qui ne raccrochent pas leur téléphone pour commander dans un magasin (de plus en plus d’établissements refusent de servir les clients dans ce cas).

• Les parents “iPhone addicts” qui laissent déborder le bain de leurs enfants plutôt que de rater le prochain tour de leur jeu en ligne.

• Les couples qui, en s’installant à une table de restaurant , regardent leurs smartphones au lieu de se parler, ou qui prennent leurs plats en photo pour les partager (enfin, virtuellement…) directement sur Facebook.

• Tous ceux qui se cachent derrière les SMS : d’après une étude Synovate portant sur 8 000 personnes à travers onze pays, 15 % des utilisateurs de téléphones portables s’en sont servi pour draguer quelqu’un d’autre que leur partenaire, et 12 % ont mis fin à une relation par SMS. On ne sait pas si ces deux chiffres sont liés ! Les causes Nous sommes aujourd’hui plus que jamais dans l’ère du « Je veux tout, tout de suite », et les appareils actuels nous permettent justement de l’obtenir. Au-delà de l’évidente raison technologique – internet partout égale distraction constante –, un excellent article du “Washington Post” propose deux explications plus psychologiques à notre comportement. D’abord, une bonne partie des utilisateurs d’applications de smartphones (“apps”) disent s’en servir « tout le temps » parce qu’il s’agit d’une « échappatoire drôle et divertissante », d’après une étude des consultants de Gravity Tank. Ensuite – et là réside le coeur du problème –, les psychologues confirment de façon quasiment unanime que nous préférerons toujours l’immédiateté de ce qui est nouveau à l’attrait du long terme (par exemple, les souvenirs de bons moments passés en famille). Tom Stafford, un neurologue anglais, l’exprime ainsi : « Les smartphones capitalisent sur la version la plus faible et la plus “court-termiste” de nous-mêmes, plutôt que sur la vue à long terme. » La solution Comme avec tout comportement compulsif, la solution commence par soi-même. Est-on vraiment obligé de regarder son smartphone toutes les cinq minutes ? Ratera-t-on vraiment une info essentielle ou une attention inattendue si l’on attend d’être seul avant de se ruer sur son iPhone ? Une vraie conversation ne seraitelle pas plus enrichissante ? Si la volonté ne marche pas, reste la force. Certaines entreprises commencent à interdire l’utilisation des smartphones pendant les réunions. Autre solution pour ceux qui ne supportent plus leurs voisins de bus beuglant dans leur Blackberry : pour environ 200 euros, on peut se procurer un brouilleur de signal 3G, censé couper toute communication mobile autour de soi… Enfin, comme pour tous les maux contemporains, on peut toujours se tourner vers la thérapie. Aux Etats- Unis, tout du moins… Le docteur David Greenfield, auteur du livre “Addiction virtuelle”, chapeaute ainsi le Centre pour (ou plutôt contre) l’addiction à l’internet et à la technologie. Sur son site (www.virtual- addiction.com), il assimile Facebook au narcissisme et propose un traitement de choc en trois étapes. Et il sait de quoi il parle : “Dr Dave” est également spécialiste de l’addiction sexuelle… Mais avant d’en arriver là, ne suffirait- il pas de se dire que les personnes qui nous entourent “physiquement” seront toujours plus importantes que nos proches virtuels ? Sinon, il serait peut-être temps de changer d’entourage. Pour de vrai !

Publicités

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :