Pourquoi?

mai 30, 2011

La rue Saint-Antoine, toute une histoire !

Filed under: tout ou rien — marcos @ 6:09
Tags:

Elle fait partie des larges artères du centre de Paris mais en fait, elle s’achève bien vite, la rue Saint-Antoine. Démarrant place de la Bastille, elle finit au métro Saint-Paul pour laisser la place à la rue de Rivoli. Dans ce quatrième arrondissement devenu bourgeois, on sort de l’agitation du 11ème pour retrouver celle du Marais. Un livre retraçant l’histoire de la rue vient de sortir, l’occasion de s’y plonger et de parcourir les adresses incontournables des gens du quartier.

Gavroche a usé ses pavés. Oui, oui. Sauf qu’à l’époque, vers 1832, la rue Saint Antoine avait un autre nom, celui du maire de Paris de l’époque, François Miron. C’est ici que le gamin de Paris aurait rencontré ses petits frères les Thénardier, ça, c’est Victor Hugo qui l’a écrit. La rue est très populaire, elle le sera jusqu’aux années 1960, où Charles de Gaulle, avec le ministre de la Culture de l’époque, l’écrivain André Malraux, décide d’entreprendre un grand plan de nettoyage de Paris. Les façades des monuments comme celles des immeubles sont encrassées et gigantesques, il faut leur redonner une nouvelle vie. Une nouvelle loi sur la copropriété va aussi tout chambouler. En effet, jusque-là, la plupart des immeubles parisiens appartenaient à un seul propriétaire qui mettait ses appartements en location. Avec cette loi, on peut désormais diviser les maisons en différents lots, ou vendre une seule chambre par exemple et, du coup, se retrouver avec plusieurs propriétaires. Conséquence, c’est à partir de cette époque que les prix de la pierre commencent à grimper à Paris et que l’aspect du quartier populaire de la rue Saint-Antoine change. On commence à revaloriser le coeur historique de Paris et le Marais. Les familles émigrées, installées pour la plupart depuis les années 20 comme les Polonais, les Tchèques ou les Italiens, et qui contribuent à la vie cosmopolite du quartier, doivent pour certains opter pour la banlieue, d’autant plus qu’on leur promet de grands logements flambant neufs avec les premiers programmes de HLM. C’est aussi dans les années 20 que les paysans de Montreuil, avec leurs charrettes à chevaux remplies de primeurs, passent par la rue Saint- Antoine avec leur chargement pour livrer les Halles. Ces scènes seront décrites dans l’un de ses livres par Georges Simenon, qui n’habitait pas loin, place des Vosges. L’historien Claude Dubois y a comme Gavroche usé ses souliers, ayant passé toute son enfance rue Saint-Antoine. Une grand-mère adorée chez qui il passait beaucoup de temps, puis ses années collège au lycée Charlemagne le marqueront à vie. D’ailleurs, le monsieur n’a toujours pas quitté le quartier aujourd’hui, preuve qu’il y est attaché. Pour lui, l’idée d’écrire sur l’histoire de cette rue en y mêlant ses souvenirs personnels est donc venue tout naturellement. « Je me souviens, dans les années 50, j’étais adolescent. J’aimais l’ambiance de l’automne dans cette rue. Il y avait plein de marchandes de quatre saisons en bottes fourrées et qui se réchauffaient comme elles pouvaient près d’un poêle. C’étaient des petites voitures chargées de fruits et de légumes, elles étaient là tous les matins, et puis à partir de 17 heures jusqu’au soir. Dans la rue, il y avait aussi plein de bouchers et de poissonniers, des grainetiers, des marchands de vin. Les bars étaient de vrais points de rendezvous. Tout se passait au comptoir, du coup, cela facilitait le dialogue entre gens du quartier. » Un autre souvenir, celui de sa cousine plus âgée, lui revient : en 1940, les réfugiés du nord de la France qui fuyaient la guerre à l’Est sont entrés dans Paris par la rue Saint-Antoine. A partir des années 70, celle-ci ne fera qu’embellir. La communauté homosexuelle s’installe à Saint-Paul et le quartier devient branché, concurrençant même les Halles. Aujourd’hui, l’artère est devenue une rue dédiée au shopping. Toutes les enseignes essentielles sont là : The Kooples, Bel Air, Princesse Tam Tam, Kookaï, Comptoir des Cotonniers… Et puis, il y a des adresses plus confidentielles que nous avons eu envie de découvrir. Bonne balade !

Publicités

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :