Pourquoi?

septembre 6, 2011

New York : 11 septembre, 10 ans après

Filed under: tout ou rien — marcos @ 9:15

Les attentats du 11 Septembre à New York, c’était il y a dix ans, mais tout le monde s’en souvient comme si c’était hier. A l’occasion de cette commémoration, Jules et Gédéon Naudet, les deux seuls journalistes à avoir filmé le drame à l’intérieur des tours du World Trade Center, livrent un second documentaire plus étoffé. Retour avec eux sur ce jour terrible que nous n’oublierons jamais. Ce jour-là, Ground Zero se détache sur un grand ciel bleu azur. Nous sommes début août, et dans quelques semaines un triste anniversaire va être célébré ici même. Dix ans déjà que les deux tours jumelles sont tombées. Aujourd’hui, le décor n’est plus du tout le même, beaucoup de touristes armés de leurs appareils photos sont postés un peu partout autour du fameux terrain devenu un site touristique et mercantile. Au milieu, les grues et les ouvriers s’activent. Les couleurs sont éclatantes, avec ce grillage jaune vif qui encadre l’immense site et les gros camions orange qui apportent le béton. Une agitation normale, presque joyeuse, pour un chantier pas comme les autres et toujours placé sous haute protection. La Freedom Tower, grande structure futuriste de verre, réfléchit les nuages et le ciel. Aux deux tiers de sa construction, elle a pour l’instant atteint la hauteur des tours voisines, mais bientôt, avec ses 543 mètres, elle dominera la “skyline” de la côte sud de Manhattan. Un peu comme avant, sauf qu’une seule tour se dressera dorénavant, plus fière que les autres, au même emplacement. On scrute les lieux à la recherche des images gravées dans la mémoire collective le jour où le World Trade Center est devenu Ground Zero. La vie a repris le dessus. Le trou béant qui rendait la catastrophe encore visible a disparu depuis près de deux ans maintenant, la plaie se referme peu à peu. Ce 11 septembre 2011 doit être inauguré le mémorial situé au pied de la Freedom Tower. Deux bassins carrés placés à l’endroit exact des deux tours. Bien sûr, l’événement est de taille pour l’ensemble des Américains, mais encore plus pour les New-Yorkais. Il s’agit d’un pas de plus vers la guérison, une nouveau pas pour faire le deuil de toutes les victimes. Cependant, pour Jules Naudet, journaliste et réalisateur français installé dans la Grosse Pomme depuis 22 ans, « ici, la page n’est toujours pas tournée. Les New- Yorkais sont très attachés à leur ville, il y a un sentiment d’appartenance très fort qui lie tout le monde, et avec cette catastrophe, un énorme élan de solidarité est né il y a dix ans, et il ne s’est pas éteint. On est aussi devenu un peu plus parano : dès qu’on entend un énorme bruit non identifié dans la rue ou qu’on juge qu’un avion vole à trop basse altitude, on s’inquiète… » Avec son frère Gédéon, ils sont les seuls témoins à avoir filmé les attentats à l’intérieur des tours, en direct, et complètement par hasard. Les frères Naudet suivaient depuis trois mois les pompiers d’une caserne située près du World Trade Center avec l’idée de montrer les premiers pas d’une jeune recrue, de sa formation jusqu’à son baptême du feu. Pendant tout ce temps, rien ne se passe, pas un seul incendie, jusqu’au 11 septembre 2001. Très tôt, vers 8 h 30, la caserne reçoit un appel signalant une fuite de gaz près des deux tours. Jules décide de suivre le camion des pompiers qui se rend sur les lieux. Quinze minutes plus tard, entendant un avion qui lui semble voler bien bas, il décide de le filmer, comme ça, machinalement. L’avion s’encastre dans la tour Nord du World Trade Center. Stupeur générale. Les pompiers sont es premiers à arriver sur le site, et Jules les suivra avec sa caméra pendant toute cette terrible journée. “New York, 11 Septembre”, le célèbre documentaire des frères Naudet, a été diffusé depuis dans le monde entier et a été récompensé par deux Emmy Awards en 2002. Dix ans plus tard, ils ont voulu lui ajouter un deuxième volet, en apportant de nouveaux témoignages, ceux des pompiers qu’ils ont continué à suivre, devenus des frères dans l’adversité. Ce qu’ont fait tous ces hommes défie l’entendement. L’attentat du 11 Septembre a fait 2 753 victimes, mais les pompiers ont réussi à évacuer et donc à sauver 20 000 personnes au péril de leur propre vie. Diffusé sur TF1 ce samedi, le documentaire des frères Naudet nous replonge dix ans en arrière ; en revoyant les images, c’est comme si l’attentat, encore tout frais dans les esprits, avait eu lieu hier. Dans ce film, on ne voit aucun blessé ni mort. Mais il y a parfois pire que des images difficiles. Un bruit assourdissant rythme ainsi les premières séquences. Quand Jules arrive dans le hall de la tour Nord avec les pompiers, on pense d’abord entendre tomber des débris du building. On comprend que ce sont en fait des “jumpers”, des gens qui préfèrent sauter dans le vide plutôt que de mourir là-haut. Dans le documentaire, ce bruit est quasi insoutenable. Les journaux ont tous relaté à l’époque ces gestes désespérés, mais jamais rien n’a été montré par respect et par retenue ; on a juste pu apercevoir des formes humaines qui sautaient. Ce bruit terrible d’un corps qui tombe apporte une autre dimension. Toutes les minutes, Jules entend ces “jumpers”, et dit dans le documentaire : « Le bruit résonne, et à chaque fois nous savons qu’une vie vient de s’éteindre. » L’un des pompiers résume la chose d’une formule plus lapidaire : « Il pleuvait des corps. » Poussières toxiques Jules et Gédéon sont sortis indemnes physiquement de cette épreuve, ainsi que tous les pompiers de la caserne qu’ils suivaient, un véritable miracle. Mais les jours d’après ont été les plus éprouvants psychologiquement. « Ces hommes sont devenus nos frères. On a décidé d’aller fouiller et de les aider à trouver des survivants pendant les semaines qui ont suivi le 11 Septembre. On filmait une heure par jour et on creusait avec eux le reste du temps. Dans cet énorme tas de fer, moins de dix personnes au total ont été retrouvées vivantes. Pour les pompiers de New York, c’était insoutenable. Ils pensaient vraiment tous pouvoir sauver beaucoup plus de monde des débris. C’est là qu’ils ont réalisé l’ampleur des pertes humaines, et compris que nous marchions sur un cimetière géant, que les tours en s’effondrant avaient tué tous ceux qu’ils n’avaient pu évacuer. » Beaucoup de choses ont changé depuis ce jour. Le rêve américain s’est brisé, les New-Yorkais ont découvert l’horreur du terrorisme. Mais le plus terrible, c’est que les attentats du World Trade Center continuent à faire des victimes. « 343 pompiers ont été tués directement par les attaques, mais selon un rapport établi sur trois ou quatre ans, ils sont environ 200 a être décédés des suites de maladies liées à ce qu’ils ont respiré, avec de nombreux cas de cancers. Actuellement, un millier de pompiers sont malades. C’était très important pour nous de les faire parler aujourd’hui, car les pertes humaines continuent dans leurs rangs dix ans après le drame. Aux Etats-Unis, on commence tout juste à en parler. Ces hommes qu’on a érigés en héros de la nation sont finalement les grands oubliés, on n’a rien fait pour eux. Le gouvernement a même menti en prétendant que cette poussière dans l’air, et le nuage de fumée qu’ils ont respiré le jour J et ceux d’après, pendant le déblaiement, n’était pas toxique, qu’il n’y avait aucun risque. Pendant les premières semaines de travail, les plus dangereuses, aucun masque ne leur a été distribué. Leurs frais médicaux ne sont toujours pas couverts. J’ai juste le sentiment qu’on a utilisé ces hommes à des fins politiques, et cela est insupportable. » On se souvient tous précisément de ce qu’on faisait le 11 septembre 2001. Peu d’événements récents ont ainsi eu ce pouvoir d’ébranler la planète entière par leur onde de choc. Dix ans ont passé, et le souvenir est toujours aussi vivace dans nos esprits. Pour Jules Naudet, « ce jour-là, j’ai découvert que l’homme était capable du pire, mais j’ai vu aussi des élans d’humanité incroyables, et c’est cela que je veux garder. »

Advertisements

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :